Sans Jésus, c’est le vide

Plus nous nous éloignons de Jésus, plus le vide se fait sentir en nous.

Plus de connexion avec notre Seigneur, plus de communion, Jésus commence alors à perdre sa place en nous et pour combler ce vide, beaucoup de besoins surgissent.

Ce vide nous n’allons pas le laisser comme ça, nous allons le remplir. Les choses auxquelles nous n’avons plus prêté attention quand nous étions dans le feu dans notre marche avec le Seigneur prennent le dessus et nous accaparent : les choses de la terre, les biens matériels (vêtement, nourriture, loisirs, voitures, sorties, voyages, vacances, télévision, travail, argent….). Ce sont des choses légitimes mais qui deviennent primordiales pour nous, et passent avant Christ !

Le pire, c’est quand la soif de posséder s’installe en nous.

Christ est toujours là mais Il ne tient plus les rênes de notre vie. Le diable profite de ce relâchement et  beaucoup de questions arrivent en nous, nous nous mettons à observer la vie des autres pour faire une comparaison avec la nôtre.

Comme résultat : soit c’est la frustration, soit c’est la fierté. La frustration car nous avons beaucoup de besoins à combler par rapport aux autres, et la fierté car nous nous croyons être meilleurs que les autres.

Le cœur est impacté, les émotions changent.

Si nous ne faisons pas attention, la haine, la rivalité, la jalousie, la convoitise, l’hypocrisie  pourraient nous envahir tranquillement. Chrétien comme j’étais, tout feu tout flamme, me voilà vide, sec par rapport aux choses spirituelles. Je ne ressens plus la paix, la joie et l’amour comme avant et m’intéresse aux choses viles du monde. Je deviens un chrétien charnel.

C’est un processus fonctionnant petit à petit, le déclin spirituel ne vient pas brusquement. C’est quand tout va mal que nous allons nous en apercevoir.

Qu’est ce qui a fait que nous nous sommes trouvés dans un pareil état ? C’est tout simplement la NÉGLIGENCE.

Chaque jour où nous négligeons notre communion avec Christ, communion par l’adoration, la prière, la méditation de la Parole, la communion fraternelle sincère, la chair commence à prendre place. Il est de la nature humaine de ne jamais laisser le vide s’installer en lui : soit c’est Christ qui nous remplit, soit c’est le monde et ses convoitises. C’est si subtil qu’il est difficile de le détecter à temps.

Le diable rôde comme un lion rugissant cherchant qui il va dévorer. Il agit petit à petit, comme une goutte d’eau qui va se terminer par une inondation si nous ne faisons pas attention. Nous devenons charnels, tièdes.

« Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. » Apocalypse 3:16.
« Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières œuvres; sinon, je viendrai à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes ». Apocalypse 2:5

 

Ô mon âme, réveille-toi et espère en l’Éternel.

Ton rédempteur est vivant, et compte sur Lui, Il est la plénitude, Il est ton Essentiel, ne gâche plus ta vie, ton temps par les vanités de ce monde. Fais de l’Éternel tes délices.

« …Remplis-moi de ta présence

Viens m’inonder de ta puissance

Comme une pluie sur ma vie 

La puissance du Saint Esprit 

Comme la rivière va à la mer : moi j’irai à toi 

Te donnant tout ce que je suis 

Afin que tu remplisses ma vie… »

 

Que tu sois dans le feu, toujours brûlant pour notre Seigneur Jésus-Christ, gardant la vision du ciel, s’affectionnant aux choses d’en haut.

Fini la distraction, plus de tiédeur au nom de Jésus !

Article publié avec l’aimable autorisation du frère Tantely Ratsimba, la pensée du jour écrite le 14 avril 2017, adressée à l’Eglise c’est-à-dire toi et moi.

Publié dans Accueil, Dans l'intimité | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

En saison d’élections, un devoir plus important que le vote

Etant une personne qui craint Dieu, étant enfant de Dieu, ou étant chrétienne, devrais-je fatalement accepter ce qui arrive dans mon pays ? Non, je ne le crois pas. Je ne peux pas rester inactive, je me dois de me lever, de prier, oui de combattre par la prière pour les dirigeants, pour mon pays, pour la justice, pour la sécurité… Et ça, pas que pendant les élections mais continuellement.
Paul vous exhorte mais moi aussi : «… avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté.» 1 Timothée 2, 1-2.

Génération Hillsong Nutella

prier vote chretien elections (source image : Pascal Müller via unsplash)

Pfiou, la saison des élections, dur dur pour le moral. Bombardés d’informations dans tous les sens, on a du mal à rester sereins. Mis sous pression par tous ceux qui nous répètent que notre vote compte : à les entendre l’abstention c’est presque un crime dans un pays confronté à tant de défis. Alors plein de bonnes intentions, on réfléchit, à qui donnerai-je mon vote. A qui, ou à quoi : visiblement beaucoup s’interrogent aussi sur le sens du vote blanc ou de l’abstention. Dans tous les cas, on donne beaucoup d’importance à cet acte individuel symbole de la démocratie. On peut militer, on peut discuter, on peut s’engager, mais au bout du bout, ce qui compte, ce qui a du poids, c’est le bulletin dans l’urne. En tout cas, c’est ce que je ressens, citoyenne française banale, ni mieux ni moins bien informée…

View original post 735 mots de plus

Publié dans la Famille, l'Eglise | Tagué , | Laisser un commentaire

Etre saint dans ce monde

Et maintenant je vais à toi, et je dis ces choses dans le monde, afin qu’ils aient en eux ma joie parfaite. Je leur ai donné ta parole; et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Sanctifie-les par ta vérité: ta parole est la vérité. Comme tu m’as envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde. Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’eux aussi soient sanctifiés par la vérité. (Jean 17:13-19)

Ce n’est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole, afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. (Jean 17:20-21)

Ceci est un extrait de la prière d’intercession que Jésus a faite pour ses disciples juste avant son arrestation. Jésus a prié pour ses disciples qu’il allait quitter (physiquement) mais cette prière est plus que jamais d’actualité. Elle est aussi destinée à son peuple, son Eglise, au travers les siècles dans ce monde.

Retournons à quelques siècles en arrière, avant la naissance de Jésus, lors de l’exil du peuple d’Israël à Babylone. Babylone était une grande puissance, la métropole de l’Orient, une très belle ville avec d’innombrables temples, une ville en pleine expansion grâce au règne de roi Nabuchodonosor.

Les exilés seront affectés pour certains à la cour du Roi comme Daniel ; et d’autres selon la lettre de Jérémie, à l’agriculture, d’autres à des travaux architecturaux. Selon le livre d’Esther, des juifs étaient devenus commerçants, scribes, bref, être captif à Babylone ne signifiait pas esclavagisme ou prisonniers de cellules.

La plus grande souffrance du peuple d’Israël était d’être séparé de ce qui faisait le pilier de leur foi c’est-à-dire : le temple de Jérusalem, leur terre promise et leur roi. Tout a été détruit.

C’est dans ce contexte que Daniel se retrouve. (Daniel 1:8-9)

Daniel résolut de ne pas se souiller par les mets du roi et par le vin dont le roi buvait, et il pria le chef des eunuques de ne pas l’obliger à se souiller. Dieu fit trouver à Daniel faveur et grâce devant le chef des eunuques.

Dieu a abandonné son peuple entre les mains du roi Nabuchodonosor. On serait tenté de se poser des questions si Dieu était toujours là ou pas. Peut-être que Dieu ne se trouvait qu’à Jérusalem dans le temple ? Non, le livre de Daniel ne nous montre pas qu’il ait douté un instant. Il est resté ferme, son cœur était consacré à Dieu et il osa même défier le chef des eunuques. Wow, le premier chapitre du livre de Daniel montre bien que Dieu a été présent même dans le malheur, oui Dieu est toujours là.

Même si Daniel et ses amis se trouvaient à Babylone, dans la cour du Roi, ils se sont préservés de ne pas se « souiller ». Ils ont gardé leur identité juive tout en étant au service du roi.

Qu’en est-il de nous, qui sommes les saints, les chrétiens,  vivant et habitant dans ce monde ?

Ne croyez-vous pas que nous nous trouvons dans la même situation que les juifs de cette époque ?

A cause du péché d’Adam et Eve, à cause de nos péchés, nous nous trouvons à jamais séparé de notre Jérusalem. Mais Dieu a toujours été, est toujours et sera là. Grâce à Jésus, le souverain sacrificateur, nous sommes sanctifiés.

N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui; car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. Et le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. (1 Jean 2:15-17)

Tout comme Daniel, gardons-nous de ne pas se souiller des choses de ce monde. Restons sanctifiés en toutes choses par la Parole qui est la Vérité. Gardons notre identité en Christ.

Quelles sont ces choses de ce monde que nous ne pouvons pas prendre part ? Seul le Saint-Esprit pourra nous guider sur tous les choix que nous devons à faire sur cette terre puisque notre corps physique est encore ici. Daniel a su rester pur à la cour du Roi. Jésus, en nous, nous permet de rester pur au sein de ce monde. Nous sommes des êtres sanctifiés, des saints dans ce monde.Nous sommes la lumière du monde. 

 holylight

Publié dans Dans l'intimité | Tagué , , , , , , , , , , | 5 commentaires

Remplis de puissance par le Saint-Esprit – Paul Washer

Le message en format texte :

Tout ce que vous êtes en public est la forme de ce que vous êtes en privé. Vous pouvez vous tenir devant n’importe quel homme si vous vous tenez devant Dieu.

Marchez dans la puissance du Saint-Esprit ! Non pas comme certains évangélistes qui ont leurs files d’attente de guérison avec des gens qui tombent et tout le cirque autour… Et le blasphème continue.

Je parle réellement de la puissance du Saint-Esprit !

Non pas une sorte de spectacle de cirque pour de l’argent. Tant de gens disent que l’Esprit de Dieu est ici. Non, Il ne l’est pas ! Parce que s’Il l’était, vous seriez morts !

Nous devons être des hommes remplis du Saint-Esprit, nous devons être des hommes qui cherchent Dieu.

Lassez-moi vous dire une chose : il y a une grosse différence et je veux vous la montrer. Et cela me mettra certainement dans les problèmes si cela va sur YouTube. Mais c’est ceci : il y a une raison pour laquelle nous voyons dans Éphésiens 5, ou quand nous voyons dans Colossiens 3.16-17 et que nous comprenons qu’il y a une relation directe entre la Parole de Dieu et cette Parole demeurant dans notre cœur ainsi que la plénitude du Saint-Esprit travaillant à travers nous.

Mais il y a une autre raison que, si vous êtes juste un homme qui est assis là-bas, méditant sur l’Ecriture, et pensant que, parce que vous faites ça, vous allez être remplis du Saint-Esprit, et avoir tout ce dont vous avez besoin pour le ministère, vous avez tort !

Vous devez aller à Dieu et crier à Lui pour des manifestations de plus en plus grandes de Sa puissance dans votre vie pour accomplir le travail qu’il vous a donné. Vous devez avoir ça. Vous devez aller à Lui.

C’est une rencontre avec Lui, fondée sur Sa Parole. Oui, tout ce que Dieu fait avec vous en prière doit être conforme à Sa Parole. Chercher Dieu est plus qu’avoir une bonne étude biblique. C’est crier pour RENCONTRER LE DIEU VIVANT ! C’est attendre sur le pas de Sa porte et se lever. Et pas seulement croire par la foi qu’il a fait quelque chose pour vous, mais se lever et SAVOIR qu’il a fait quelque chose pour vous.

Nous devons êtres de hommes. Non pas des hommes comme John Wayne ou Jean-Claude Van Damne, pas des hommes forts dans la chair et forts dans la personnalité et forts dans leur présence et forts dans leurs paroles. Mais des hommes forts, fortifiés dans le Saint-Esprit.

La bataille est horrible. Pensez que vous allez vous opposer aux principautés et aux puissances, et aux forces et aux dominations : vous allez vous opposer au serpent ancien. Vous allez descendre dans le puit et lutter contre l’enfer lui-même. Vous n’allez pas faire ça par votre force physique. Vous allez faire ça dans la puissance du Saint-Esprit.

Et savez-vous qu’est-ce qui est si triste aujourd’hui ? Qu’est-ce qui est si triste ? C’est que c’est difficile de parler de ces choses. Savez-vous pourquoi ? A cause de toute la corruption et des activités ridicules de ces nombreux groupes qui se considèrent comme remplis du Saint-Esprit, alors qu’ils ne sont pas du tout remplis de l’Esprit. Ils sont peut-être remplis de l’esprit mais il n’est pas saint ; parce que quelque soit ce qui les remplit, cela les entraîne à faire des choses, qui contredisent tout ce que nous connaissons sur l’Ecriture et les fruits de l’Esprit.

Je parle de PUISSANCE ! Non pas de tomber sur le sol et de secouer comme un ver. Non pas la puissance de réclamer une Mercedes Benz. Non pas la puissance de dire que vous avez guéri quelqu’un quand en fait celui-ni n’a pas été guéri.

Je parle de la puissance de vivre une vie chrétienne, la puissance de marcher dans l’amour sacrificiel, la puissance de faire tomber les forteresses, la puissance de prêcher l’évangile. 

C’est de cela dont je parle. C’est ce dont nous avons besoin.

Nous pouvons être des hommes et des femmes transformés !

Paul Washer

Ephésiens 5 : 6-18 (version Louis Segond 1910)

Que personne ne vous séduise par de vains discours; car c’est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion. N’ayez donc aucune part avec eux. Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière! Car le fruit de la lumière consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité. Examinez ce qui est agréable au Seigneur; et ne prenez point part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les. Car il est honteux de dire ce qu’ils font en secret; mais tout ce qui est condamné est manifesté par la lumière, car tout ce qui est manifesté est lumière. C’est pour cela qu’il est dit:
Réveille-toi, toi qui dors,
Relève-toi d’entre les morts,
Et Christ t’éclairera.
Prenez donc garde de vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des sages; rachetez le temps, car les jours sont mauvais. C’est pourquoi ne soyez pas inconsidérés, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur. Ne vous enivrez pas de vin: c’est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit;

Colossiens 3 : 16-17 (version Louis Segond 1910)
Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment; instruisez-vous et exhortez-vous les uns les autres en toute sagesse, par des psaumes, par des hymnes, par des cantiques spirituels, chantant à Dieu dans vos cœurs sous l’inspiration de la grâce. Et quoi que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus, en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans la Famille, l'Eglise | Tagué , , , , , | 1 commentaire

Jésus, l’organisateur

 

J’aime beaucoup lire l’évangile de Luc. Comparé aux autres évangiles, je suis d’avis de dire que Luc écrit avec un style journalistique détaillant des faits qu’on ne retrouve pas ailleurs comme par exemple la conversation qui a eu lieu sur la croix entre les brigands et Jésus. En passant par le chapitre 9, je suis une nouvelle fois surprise par la manière dont Jésus prend contrôle d’une situation.

Luc 9.12-17 : 

Comme le jour commençait à baisser, les douze s’approchèrent, et lui dirent: Renvoie la foule, afin qu’elle aille dans les villages et dans les campagnes des environs, pour se loger et pour trouver des vivres; car nous sommes ici dans un lieu désert. 13Jésus leur dit: Donnez-leur vous-mêmes à manger. Mais ils répondirent: Nous n’avons que cinq pains et deux poissons, à moins que nous n’allions nous-mêmes acheter des vivres pour tout ce peuple. 14Or, il y avait environ cinq mille hommes. Jésus dit à ses disciples: Faites-les asseoir par rangées de cinquante. 15Ils firent ainsi, ils les firent tous asseoir. 16Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il les bénit. Puis, il les rompit, et les donna aux disciples, afin qu’ils les distribuassent à la foule. 17Tous mangèrent et furent rassasiés, et l’on emporta douze paniers pleins des morceaux qui restaient.

organisation

 

Jésus aurait pu accomplir directement le miracle de la multiplication du pain et par ce miracle, susciter une foule docile prête à recevoir la nourriture. Non, Jésus organise les choses et donne des ordres aux douze :il faut faire asseoir la foule par rangée de 50. Il va falloir travailler, se bouger. Jésus ne fonctionne pas à coup de baguette magique où chacun va avoir son pain et son poisson à la main. Loin de là. Jésus, nous donne un modèle de gestion.En bon chef d’équipe, il donne ses instructions aux douze. Et dans l’évangile de Jean, Jésus ajoute : « Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde ».

Jean 6.11-12 :

Jésus prit les pains, rendit grâces, et les distribua à ceux qui étaient assis; il leur donna de même des poissons, autant qu’ils en voulurent. 12Lorsqu’ils furent rassasiés, il dit à ses disciples: Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde.

Voici donc un aspect de la nature de notre Dieu. Puisque Jésus est l’image du Dieu invisible (Colossiens 1.15), le reflet de la gloire de Dieu et l’empreinte de Dieu (Hébreux 1.2-3), je ne peux que m’émerveiller et constater au travers de ce passage que notre Dieu aime que les choses se fassent d’une manière ordonnée. La création de la terre s’est faite en 7 jours avec un ordre bien précis.

Nous savons aussi qu’au Ciel les choses fonctionnent avec une certaine ordonnance. Jean nous décrit la vision qu’il a eu du Ciel (Apocalypse 4) :

  • un Trône, quelqu’un est assis sur le trône.
  • Autour du trône, 24 vieillards qui se prosternent devant celui qui est assis sur Le Trône.
  • Devant le trône, 7 lampes de feu et 4 animaux qui rendent gloire et honneur à celui qui est assis sur le trône.
  • L’Agneau
  • L’Épouse de l’Agneau
  • Les anges au service de Dieu

Jésus ne parle pas pour rien. Même ses silences sont des messages. Combien de fois lui a-t-on parlé, il n’y a pas eu forcément de réponses. A plus forte raison, quand une parole sort de la bouche de Jésus, combien elle est importante. Le passage des morceaux qui restent, afin que rien ne se perde m’interpelleIl n’est pas question de gaspiller ou de jeter.

Note monde dérive à toutes sortes de gaspillage: alimentaire, industriel, énergétique, ressource minérale. Que fais-je à mon niveau ? Puis-je continuer à ignorer ce problème ?

Jésus est notre modèle, notre référence. Nous voulons agir comme Lui, aimer comme Lui, faire comme Lui. Que l’on soit logisticien, médecin, mère au foyer, épouse, père de famille, ingénieur, pasteur, chef de projet, animateur, maire etc. regardons à Jésus, soyons organisé et ordonné dans nos vies, dans nos maisons, dans nos finances, dans nos professions. Le champ est vaste, je ne pourrais pas citer tout le fonctionnement de notre monde mais Dieu nous a établis dans nos maisons, nos villes, sur le pays, où que nous soyons, alors soyons fidèles sur les petites comme sur les grandes choses (Luc 16.10).

 

 

Publié dans Dans l'intimité | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Un passé qu’Il a surpassé

Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. Actes 1.8

Si nous sommes appelés chrétiens, c’est que nous sommes disciples de Christ, nous suivons Christ. Saül a fait une belle rencontre avec Jésus et est devenu Paul par la suite. De même pour nous, les choses anciennes sont passées, voici toutes choses sont devenues nouvelles, parce qu’il y a eu une VRAIE RENCONTRE avec Christ.

Voir le témoignage complet dans Mon plus grand trésor

monplusgrandtresor

10628303_790591784324750_8177896337453108771_n

Quelques lignes sur ma vie… Témoignage que vous pourrez trouver sur le site http://mystory.me/story/anne-muriel-rahaingonjatovo/. Soyez bénis!

Un passé qu’Il a surpassé…

La jeunesse, ce mot vend du rêve. « Carpe Diem », « You Only Live Once: YOLO », et un tas d’expressions ont été inspirées par cette phase de la vie que l’on voudrait garder précieusement toujours… Ah la jeunesse !

La mienne a été de celles qui, de l’extérieur, était étincelante. De merveilleux parents, certes avec leurs imperfections, mais attentionnés et surtout fort aimants; deux petits-frères adorables et si drôles, de vrais soleils, une vraie fratrie liée par un amour immense; des études qui se déroulaient à merveille; des amis, tout plein; une vie en bord de mer, entourée de nature et d’animaux, dans un domaine immense; et la « POP »ularité… Que demander de plus, me dirais-tu ?

Et pourtant, l’histoire que je vais te raconter est celle d’un coeur brisé, d’une…

View original post 1 548 mots de plus

Publié dans ils L'ont rencontré | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Rien n’est impossible à Dieu

Oui, c’est vrai, rien n’est impossible à notre Dieu. Il purifie et justifie le pécheur, il restaure ce qui est brisé, il panse les blessures, guérit les maladies, ressuscite les morts… Ce que Dieu est capable de faire va au-delà de notre entendement et notre intelligence. Le Dieu qu’on a la grâce d’appeler Abba Père, est aussi un Dieu rempli d’un amour incomparable, un amour incommensurable. Le prix qu’il a payé pour moi, pour toi et pour l’humanité est indéfinissable mais je l’accepte tout simplement avec foi et avec simplicité. Je crois et je proclame que par Jésus, je suis enfant de Dieu.

Cela faisait très longtemps que je n’avais rien posté. Je suis passée par un désert et là dans ce désert, j’ai appris à nouveau à écouter mon Seigneur et mon Dieu. J’ai été témoin de choses particulièrement difficiles et j’ai même vécu des moments douloureux. Mais mon Père a toujours été là, présent pour moi, pour mes frères et mes sœurs et petit à petit, avec persévérance, la lumière de Dieu prend place aux ténèbres et nous goûtons à la joie de la victoire, celle que nous avons en Jésus-Christ, pas le genre de victoire du monde.

Alléluia, notre Dieu est puissant ! Et jamais, je ne me lasserai de louer et chanter son Saint Nom.

C’était dans ces moments particuliers et « bénis », (oui je peux dire le mot « béni » parce que j’en sors grandie) que le Saint-Esprit m’a poussée à composer ce chant nouveau. Je vous le partage avec joie, puissiez-vous à votre tour être béni et le recevoir en toute simplicité de cœur.

En cette nouvelle année 2016, je prie notre Seigneur Jésus de nous aider davantage à l’aimer, à lui rester fidèle et quoi qu’il va se passer, le Dieu Tout-Puissant, Celui qui ne change pas, le Fidèle, l’Éternel est celui qui nous tiendra par Jésus-Christ notre force. Amen !

Publié dans Dans l'intimité | Tagué , , , | 1 commentaire

ÉGLISES: spectacles ou mortuaires

L’auteur nous peint ici 2 sortes d’églises ou d’assemblées existant au Québec. Nous ne sommes pas en reste en Europe ni en Afrique malheureusement. C’est la réalité. Mais je bénis le Seigneur car le réveil est là et des sentinelles se lèvent dans les coins de chaque ville, partout dans le monde. Ils sont certes des sentinelles mais « cachés » dans le sens où ils n’ont pas besoin d’être connu et célébré selon la définition de la célébrité mondaine. Ils vivent la joie d’une véritable Eglise : prières, communion fraternelle, enseignement des apôtres, repas du Seigneur. Et les miracles et les prodiges se font au milieu d’eux. Alléluia ! Dieu n’a pas changé ! Non ! Et sa Parole est Vraie !

 

La foi sans religion

Au Québec, nous avons deux sortes d’églises bien distinctes:
 
Les églises-spectacles: le contenu est vide, beaucoup d’actualisation, aucune profondeur, le pasteur est souvent un fanfaron qui est une bête de scène bien plus qu’un berger. La rhétorique est son meilleur atout. Ces assemblées enseignent un évangile positif de porteurs de lunettes roses, dilué, mais surtout, de prospérité. Un évangile faux, puéril, sans saveur et dénué de repentance. C’est une église faite pour la foule. On veut plaire à la foule. On offre un spectacle d’humour, de musique trop forte, le solennel disparaît, le sérieux aussi. Ce sont des églises de projets et de programmes. Ce sont des églises qui grandissent rapidement, puisqu’elles sont très fortes sur le marketing, l’image, et elles vont chercher tous ceux et celles qui s’ennuient dans leurs églises respectives. C’est une église où le culte est dirigé vers la foule et non vers…

View original post 252 mots de plus

Publié dans la Famille, l'Eglise | Tagué , , | Laisser un commentaire

Leçons à l’Ecole de la Prière par A.T. Pierson

prière

Celui qui se précipite dans la Présence de Dieu, pour élever quelques pétitions formelles en toute hâte, et qui ensuite s’empresse de retourner à ses soucis et occupations extérieurs, ne s’est pas assez longuement attardé ni pour perdre le sentiment de ce qu’est une journée sans la chambre secrète, ni pour recevoir le sentiment de ce qui se passe dans la chambre secrète. Il ne prend pas le temps de fixer la pensée de son esprit sur les choses invisibles et éternelles. Beaucoup de soi-disant « hommes de prière  » n’ont jamais une seule fois réellement rencontré ni vu Dieu dans la chambre secrète. L’âme, dérangée et perturbée, ensorcelée et menée par le bâton par des pensées et des soucis mondains, ne peut pas plus devenir un miroir pour refléter Dieu qu’un lac ridé ne peut refléter la voûte qui le surplombe. Celui qui désire plonger les regards dans les profondeurs de son propre cœur pour voir Dieu S’y refléter, doit rester suffisamment longtemps pour que l’âme houleuse se calme. C’est seulement lorsqu’Il donne d’abord Sa paix que la nature est assez placide pour devenir le miroir des choses célestes.

Mais quand une telle communion devient réelle, la prière cesse d’être un simple devoir et devient un délice. Tout sentiment d’obligation se perd au profit de celui d’un privilège. L’amour recherche la compagnie de son objet, simplement parce qu’il veut être en présence de l’être bien-aimé ; comme l’a expliqué un petit garçon qui est venu en silence dans le bureau de son père, poussé par la faim de sa présence : « Juste pour être avec toi, papa. » Chacun de nous a t-il déjà connu ce que c’est que de cultiver un lien d’amitié à sa propre fin, en s’asseyant sans mot dire en présence de la personne qu’il aime avec dévotion ? Et n’aimons-nous pas assez Dieu pour faire de Lui le sujet avec qui nous nous enfermons quelquefois simplement pour jouir de Sa présence ? N’y a t-il pas de trace d’égoïsme dans la prière qui ne sait d’autre motif que celui de demander quelque faveur? Jude nous recommande de « prier par le Saint-Esprit » comme un moyen de nous maintenir dans l’amour de Dieu. Celui qui connaît les extases même de la chambre secrète, y apprend à se maintenir lui-même dans l’amour de Dieu, trouvant par ce moyen le Rayon de soleil dont la lumière éclaire, dont l’amour réchauffe, dont la vie réveille. La Présence de Dieu devient une atmosphère qu’il respire et sans laquelle sa vie spirituelle ne peut pas survivre. Une telle habitude de demeurer dans la Présence de Dieu, et de rester attaché à Sa glorieuse perfection, développe un amour plein de délices, qui ne peut dire, avec Zinzendorf et Tholuck, que : « Je n’ai qu’une seule passion, et c’est Lui, et Lui seul ! « 

Référence: Lessons in the School of Prayer (Leçons à l’Ecole de la Prière), A.T. Peirson

Publié dans Dans l'intimité, la Famille, l'Eglise | Tagué , , | Laisser un commentaire

musiques instrumentales en écoute pour louer et adorer notre Seigneur

RIEN QUE POUR JESUS

Jeso mino anao aho

Merci d’un coeur reconnaissant

Combien Dieu est Grand

Je suis né pour te louer

Je suis musicien, je ne sais pas grand chose mais par la grâce de Dieu, je touche un peu à la guitare, à l’EWI, un instrument à vent électronique qui se transforme en saxophone, flute et trombone. Je mets en écoute ces mélodies pour Jésus. Au fur et à mesure, je mettrai en ligne d’autres. Toute la gloire revient à Dieu, Il est bon et tout ce qu’Il fait est bon.

Soyez bénis et bonne écoute

View original post

Publié dans Dans l'intimité, la Famille, l'Eglise | Tagué , , , | Laisser un commentaire